Vous êtes géniaux, et la planète embauche !

Quand j’ai été invité à donner cette conférence, on m’a demandé si je pouvais préparer une présentation simple et courte qui soit « directe, transparente, honnête, bien tournée, passionnée, fine, vivante, saisissante, et agréable ». Bon, aucune pression donc.

Mais commençons par la partie la plus saisissante. 

Vous là, promotion 2009 : vous allez bientôt comprendre ce que signifie que d’être un humain sur terre au moment où tous les systèmes vivants sont en train de décliner, alors que le rythme ce déclin s’accélère. C’est une situation étourdissante… mais aucun article, publié dans des revues scientifiques à comité de lecture ces 30 dernières années, ne peut réfuter cet exposé des faits. Pour faire simple, la Terre a besoin d’un nouveau système d’exploitation, vous êtes les programmeurs, et nous avons besoin de ce programme d’ici à quelques dizaines d’années.

Cette planète nous a pourtant été livrée avec un mode d’emploi, mais il semble que nous ne l’ayons pas bien compris. Des règles importantes comme : « ne pas empoisonner l’eau, les sols ou l’air », « ne pas surpeupler la Terre » et « ne pas toucher au thermostat » ont été violées. Buckminster Fuller a dit que le vaisseau spatial « Terre » a été si ingénieusement conçu que personne n’a vraiment conscience du fait que nous sommes en train de voler à travers l’univers à une vitesse de 1 600 000 km /h sans avoir besoin de ceinture de sécurité, avec toute la place nécessaire à bord, et de la très bonne nourriture. Mais tout cela est en train de changer.

Il y a un message invisible au dos du diplôme que vous recevrez, et au cas où vous auriez oublié d’apporter du jus de citron pour le décoder, je vais vous dire ce qui est écrit : VOUS ETES GENIAUX, ET LA PLANETE EMBAUCHE. La Terre ne peut s’offrir les services de recruteurs ou envoyer des limousines pour venir vous chercher à la sortie de votre école. Elle vous envoie de la pluie, des couchers de soleil, des cerises mûres, du lilas de nuit, et cette personne, si incroyablement mignonne, avec qui vous sortez. 

Comprenez-moi bien ! 

Le vrai défi est là : vous devez oublier que cette mission qui vous est confiée – sauver la planète – est impossible dans le délai imparti. Ne vous laissez pas dissuader par ceux qui « savent » ce qui est impossible. Faite ce qui doit être fait, et vérifiez, seulement après l’avoir fait, si c’était impossible.

Quand on me demande si je suis pessimiste ou optimiste pour le futur, ma réponse est toujours la même : si après avoir examiné les données scientifiques sur ce qui se passe sur terre vous n’êtes pas pessimistes, c’est que vous ne comprenez pas les données. Mais si après avoir rencontré ceux qui travaillent à soigner la terre et améliorer la vie des pauvres vous n’êtes pas optimiste, c’est que vous n’écoutez pas votre cœur. Ce que je vois, partout dans le monde, ce sont des gens ordinaires qui affrontent le désespoir et le pouvoir en place pour des chances infimes de faire revivre un semblant de grâce, de justice et de beauté dans ce monde. La poétesse Adrienne Rich a écrit : « Tant de choses ont été détruites que j’ai fait le choix de rejoindre ceux qui, jour après jour, patiemment, avec peu de moyens, reconstruisent le monde ». On ne pouvait le dire plus simplement. L’humanité se rassemble. Elle est en passe de réparer le monde et cela se passe dans des salles de classe, des fermes, des jungles, des villages, des campus, des entreprises, des camps de réfugies, des déserts, des ports de pêche et des taudis.

Vous rejoignez la cohorte des agissants. Personne ne sait combien de groupes et d’organisations travaillent sur les problèmes les plus critiques du moment : le changement climatique, la pauvreté, la déforestation, la paix, l’eau, la faim, la conservation de la biodiversité, les droits de l’homme, et tant d’autres … C’est le mouvement le plus important que le monde ait jamais connu. Mais plutôt que de chercher à contrôler, il connecte des réseaux. Plutôt que de chercher à dominer, il aspire à rompre la concentration des pouvoirs. Comme les Mercy Corps et d’autres organisations humanitaires, il œuvre dans l’ombre, mais avec efficacité. Aussi ample qu’il soit, personne ne connait l’importance réelle de ce mouvement. Il donne de l’espoir, de l’aide et du sens à des milliards de personnes dans le monde. Son influence passe par les idées, pas dans la force. Il est constitué d’enseignants, d’enfants, de paysans, d’homme d’affaires, de rappeurs, d’agriculteurs bio, de religieuses, d’artistes, de fonctionnaires, de pêcheurs, d’ingénieurs, d’étudiants, d’écrivains incorrigibles, de musulmans en larmes, de mères inquiètes, de poètes, de médecins sans frontières, de chrétiens en deuil, de musiciens de rue, du président des Etats-Unis, et, comme le dirait l’écrivain David James Duncan, du Créateur, celui qui aime intensément chacun d’entre nous.

Il y a un enseignement rabbinique qui dit : si le monde cours vers sa fin et que le messie arrive, d’abord, plante un arbre, et après voit si l’histoire est vraie. L’inspiration, ce n’est pas ressasser les litanies de ce qui pourrait nous arriver ; elle réside plutôt dans la bonne volonté de l’humanité à restaurer, réparer, corriger, reconstruire, recouvrir, imaginer et reconsidérer. « Un jour, on découvre finalement ce qu’on doit faire et on commence, malgré les voix autour de nous qui continuent à crier leurs mauvais conseils » voici la description qu’a faite Mary Olivier de la transition menant du monde des profanes à un sens profond de la connectivité du monde vivant.

Des millions de personnes travaillent dans l’intérêt de personnes qui leurs sont inconnues, alors que les journaux du soir traitent le plus souvent de la mort d’inconnus. Cette gentillesse vis à vis des inconnus a des origines religieuses, voire mythiques, et des racines précises datant du 18ème siècle. Les abolitionnistes ont été les premiers à créer un mouvement national et global pour défendre les droits de personnes qu’ils ne connaissaient pas. Avant cela, aucun mouvement n’avait jamais formulé de doléance autre que pour son propre compte. Les fondateurs de ce mouvement sont restés totalement inconnus : Granville Clark, Thomas Clarkson, Josiah Wedgwood. Leurs objectifs pouvaient sembler parfaitement ridicules : 3 personnes sur 4 étaient des esclaves à cette période. L’esclavage était pratiqué depuis des siècles par l’humanité entière. Logiquement, le mouvement abolitionniste a été accueilli avec incrédulité : les conservateurs ont ridiculisé les abolitionnistes, les qualifiants de libéraux, de progressistes, de bien-pensants mélangeant tout et d’activistes. On disait qu’ils allaient ruiner l’économie et conduire l’Angleterre vers la pauvreté. Mais, pour la première fois dans l’histoire, un groupe s’est organisé pour aider des personnes qu’ils ne connaitraient jamais, ni de qui ils ne tireraient aucun bénéfice, direct ou indirect. Et à notre époque des dizaines de millions de personnes font cela tous les jours. Appelez cela bénévolat, société civile, écoles, entrepreneuriat social, organisations non gouvernementales, ou encore des entreprises qui placent la justice sociale et environnementale au cœur de leur stratégie. L’étendue et l’échelle de ces efforts n’a pas d’équivalent dans l’histoire.

Le monde vivant n’est pas « en dehors » quelque part, mais dans notre cœur. Que connaissons-nous de la vie ? Selon les mots de la biologiste Janine Benyus, la vie créé les conditions qui sont favorables à la vie. Je ne peux pas penser à une meilleure devise pour une future économie. Nous avons de dizaines de milliers de maisons abandonnées et des dizaines de milliers de personnes sans abris. Nous avons des banquiers qui ont échoué qui conseillent des gouvernants qui ont échoué sur la façon de récupérer des actifs perdus. Pensez à cela : nous sommes la seule espèce sur cette planète qui ne connaisse pas le plein emploi. Bravo. Génial. Nous avons une économie qui nous dit qu’il est moins coûteux de détruire la terre que de la renouveler, la restaurer, et la maintenir en vie. On peut imprimer des billets pour renflouer une banque mais on ne peut pas imprimer la vie pour renflouer la planète. En ce moment nous sommes en train de voler l’avenir pour le vendre au présent, et nous appelons cela le PIB. Nous pouvons tout aussi facilement avoir une économie qui permettrait de guérir le futur au lieu de le voler. Nous pouvons tout aussi bien créer des atouts pour le futur ou prendre les atouts du futur. L’un est appelé la restauration, l’autre, l’exploitation. Et chaque fois que l’on exploite la terre, on exploite les gens et on provoque des souffrances indicibles. Travailler pour la Terre n’est pas un moyen de devenir riche mais un moyen d’être riche intérieurement. 

La première cellule vivante est née il y a près de 4 milliards d’années et ses descendants directs circulent dans chacun de nos vaisseaux sanguins. Au sens le plus strict, vous inhalez en ce moment même des molécules qui ont été inhalées auparavant par Moïse, Mère Theresa, et Bono. Nous sommes tous largement interconnectés. Nos destins sont inséparables. Nous sommes là parce que le rêve de toute cellule est de donner deux cellules. Dans chacun de vous se trouvent un quadrillion (1 000 000 puissance 4 soit 10 puissance 15 ) de cellules, dont 90% ne sont pas des cellules humaines. Votre corps est une communauté et sans ces autres micro organismes vous péririez en quelques heures. Chaque cellule humaine a 400 milliards de molécules conduisant des millions de processus entre des trillions d’atomes. L’activité cellulaire totale à l’intérieur d’un être humain est stupéfiante : un septillion (10 puissance 24) d’actions à chaque instant, un «1» avec 24 zéros derrière. En une milliseconde, notre corps a subi 10 fois plus de processus qu’il n’y a d’étoiles dans l’univers, exactement ce que Charles Darwin avait prédit quand il disait que la science découvrirait que chaque créature vivante était un « petit univers, un hôte pour des organismes d’une petitesse difficilement concevable qui s’auto-propagent et qui sont aussi nombreux que les étoiles dans le ciel ».

Donc, j’ai deux questions pour vous tous : d’abord, pouvez vous sentir votre corps ? Arrêtez-vous un instant. Ecoutez votre corps. Un septillion d’activités sont en train de se dérouler simultanément, et votre corps fait ça si bien que vous pouvez l’ignorer, voire même vous en émerveiller quand ce discours se terminera. Deuxième question : qui gèrevotre corps ? Qui manage vos molécules ? Espérons que ce ne soit pas un parti politique. La vie crée les conditions qui sont propices à la vie, à l’intérieur de vous, comme elle le fait dans l’ensemble de la nature. Ce que je veux vous faire imaginer, c’est que collectivement, l’humanité manifeste une sagesse profonde et innée en se rassemblant aujourd’hui pour guérir les maux et les insultes du passé. 

Ralph Waldo Emerson a un jour demandé ce que nous ferions si les étoiles ne brillaient qu’une fois tous les mille ans. Personne ne dormirait cette nuit là évidemment. Le monde deviendrait religieux du jour au lendemain. Nous nous extasierions, nous délirerions, nous deviendrions frénétiques pour la gloire de Dieu. Au lieu de cela, les étoiles brillent toutes les nuits et nous regardons la télévision…

Ce moment extraordinaire que vous vivez, où nous sommes mondialement ouverts aux autres et aux multiples dangers qui menacent la civilisation, n’est jamais arrivé, ni en un millier d’années, ni en dix milliers d’années. Chacun d’entre nous est aussi complexe et magnifique que le sont les étoiles dans l’univers. Nous avons accompli de grandes choses, mais nous sommes restés à coté de la plaque pour ce qui relève de notre capacité à honorer la création. Avec votre diplôme, vous vous préparer à affronter le plus incroyable, le plus colossal, le plus stupéfiant des challenges jamais légué à une génération. Les générations avant vous ont échoué. Elles ne sont pas restées debout toutes les nuits. Elles ont été distraites et ont perdu de vue le fait que la vie est un miracle de tous les instants. La nature vous demande d’être à ses côtés. Vous ne pouviez pas espérer un meilleur engagement. La personne la moins réaliste au monde c’est le cynique, pas le rêveur. N’a de sens aujourd’hui que ce qui fonde l’espoir, quand il est insensé d’espérer. C’est votre siècle. Saisissez-le et battez vous comme si votre vie en dépendait. 

Paul Hawken est un entrepreneur reconnu, un environnementaliste visionnaire et activiste, et l’auteur de nombreux ouvrages, dont son plus récent “Blessed Unrest : Comment le mouvement le plus important au Monde est arrivé sans que personne ne s’en aperçoive”. Il a été reçu docteur honoris causa en sciences humaines par le président de l’université Father Bill Beauchamp, en Mai, alors qu’il donnait ce discours inaugural. Remerciement à Erica Linson qui a rendu tout ceci possible.

Version française : Marie Colson et Emmanuel Delannoy, Institut INSPIRE
Traduction et publication avec l’autorisation de l’auteur
 
(Merci de nous contacter avant toute reproduction ou utilisation de ce texte)

A lire également …